tete du loic

 Loïc YON [KIUX]

  • Enseignant-chercheur
  • Référent Formation Continue
  • Responsable des contrats pros ingénieur
  • Référent entrepreneuriat
  • Responsable de la filière F2 ingénieur
  • Secouriste Sauveteur du Travail
mail
loic.yon@isima.fr
phone
(+33 / 0) 4 73 40 50 42
location_on
Institut d'informatique ISIMA
  • twitter
  • linkedin
  • viadeo

eco ToDo en JPA eco

Date de première publication : 2019/11/07

Préparation

Objectif et contexte

L'objectif de cet exercice est de continuer la découverte de SpringBoot avec l'utilisation de Java Persistance API (JPA).

Vous allez réaliser une application qui permet à un utilisateur de noter des tâches à faire et de les ordonner en "à faire", "en cours" et "terminé".

L'environnement de développement est le suivant :

Ce sujet utilise les documentations officielles de Spring Boot suivantes :

On ne cherche pas à manipuler une base non relationnelle et on ne cherche pas à faire une architecture REST (pas encore).

Quelques concepts

Grâce à Spring Data, Spring permet de manipuler tous les types de bases de données mais nous allons nous limiter aux bases relationnelles. On peut les manipuler à différents niveaux : rester au plus proche du SGBD choisi (JDBC avec connecteur) à une abstraction complète avec ORM (Object Relational Machine) nommée JPA.

Java
ORM
JDBC
Base de données

De nombreux moteurs sont utilisables pour Spring : Oracle, MySQL/MariaDB, posgreSQL, derby (aka JavaDB) et h2... Malheureusement, l'implémentation de JPA utilisée, Hibernate, ne supporte pas facilement actuellement SQLite (il y a pas de mal configuration à faire et il faut fournir un Dialect entre autres). On utilisera la base H2 (écrite en Java) en mode embedded (pas serveur) et fichier (pas inmemory). On aurait pu utiliser derby qui est fourni avec le JDK.

Modélisation et SQL

Nous allons gérer des tâches / post-its / notes. Ces tâches seront rangées par catégorie. Une tâche possède donc un contenu, une catégorie, une date de création et une date pour laquelle le travail doit être fait. Une catégorie est un simple nom.

Voici le code SQL pour générer les tables tasks et categories, le SQL est adapté pour le SGBD H2 au niveau des types de données, des fonctions disponibles. H2 supporte les clés étrangères, alors on ne va pas s'en priver.


DROP TABLE categories IF EXISTS;
CREATE TABLE categories (
  category_id   IDENTITY    PRIMARY KEY,
  name          VARCHAR(20) DEFAULT '' 
);
INSERT INTO categories(name) values('todo');
INSERT INTO categories(name) values('wip');
INSERT INTO categories(name) values('done');

DROP TABLE tasks IF EXISTS;

CREATE TABLE tasks (
  task_id      IDENTITY PRIMARY KEY,
  category      INTEGER NOT NULL,
  content       VARCHAR(500) NOT NULL,
  creation_date DATE DEFAULT TODAY(),
  end_date      DATE DEFAULT NULL, 
  FOREIGN KEY(category) REFERENCES categories(category_id)
);

INSERT INTO tasks (category, content) values(3, 'finir le tp 1');
INSERT INTO tasks (category, content) values(2, 'finir le tp 2');
INSERT INTO tasks (category, content) values(1, 'finir le tp 3');

Mise en place du projet

La meilleure manière de commencer est https://start.spring.io mais vous avez toutes les étapes pour le faire à la main :

Le fichier de configuration gradle build.gradle est somme toute assez classique. Il ne faut pas oublier d'ajouter JPA et H2 (voire lombok) :

plugins {
    id 'org.springframework.boot' version '2.6.3'
    id 'io.spring.dependency-management' version '1.0.11.RELEASE'
    id 'java'
}

group = ''
version = '0.0.1-SNAPSHOT'
sourceCompatibility = '17'

repositories {
    mavenCentral()
}

dependencies {
    implementation 'org.springframework.boot:spring-boot-starter-data-jpa'
    implementation 'org.springframework.boot:spring-boot-starter-thymeleaf'
    implementation 'org.springframework.boot:spring-boot-starter-web'
    developmentOnly 'org.springframework.boot:spring-boot-devtools'
    runtimeOnly 'com.h2database:h2'
    compileOnly 'org.projectlombok:lombok'
    annotationProcessor 'org.projectlombok:lombok'
}
}

Il est ensuite nécessaire de créer une aborescence si vous ne l'avez pas déjà :

mkdir -p src/main/java/app
mkdir -p src/main/resources/templates
mkdir -p public

Manipuler une base avec JDBC

Création de la base

Nous allons coder une application principale qui sera capable de créer une base de départ (structure et données). Pour cela, on va analyser la ligne de commande (il faut implémenter l'interface CommandLineRunner :

package app;

import org.springframework.boot.SpringApplication;
import org.springframework.boot.autoconfigure.SpringBootApplication;
import org.springframework.boot.CommandLineRunner;

import org.springframework.beans.factory.annotation.Autowired;
import org.springframework.jdbc.core.JdbcTemplate;

import org.slf4j.Logger;
import org.slf4j.LoggerFactory;

import java.util.Arrays;
import java.util.List;
import java.util.Map;

@SpringBootApplication
public class Application implements CommandLineRunner {

  private static final Logger log = LoggerFactory.getLogger(Application.class);
  
  @Autowired
  JdbcTemplate jdbcTemplate;

  public static void main(String[] args) {
    SpringApplication.run(Application.class, args);
  }

  @Override
  public void run(String... strings) throws Exception {

    List<String> list = Arrays.asList(strings);
    if (list.contains("install")) {
       // le code de création de la base
       // voir ci-dessous
    }
  }
}

Deux attributs ont été déclarés : le premier log va permettre d'afficher des informations sur l'exécution du programme (vous pourriez aussi utiliser les sorties standards), le second jdbcTemplate est créé automatiquement par Spring et va permettre de manipuler la base de données directement avec JDBC.

Si le paramètre install est détecté à l'exécution, la base sera créée sinon l'étape sera sautée.


gradle bootRun --args='install'

Il ne faut pas oublier de spécifier dans quelle base de données nous travaillons (type, inmemory, serveur, ...). Cela se configure dans le fichier application.properties. Par exemple, cela donne :


spring.jpa.hibernate.ddl-auto=none
spring.datasource.url=jdbc:h2:file:./Task

Le paramètre ddl-auto est spécifique à Hibernate : il permet de spécifier si la structure de la base de données doit être créée par l'ORM si elle n'existe pas. Si la base est crée par JDBC, laissez le paramètre à none sinon passez le à update

Le code de génération (ddl :-)) qui s'appuie sur le modèle de données se trouve ci-dessous :


jdbcTemplate.execute("DROP TABLE categories IF EXISTS");
jdbcTemplate.execute(
  "CREATE TABLE categories ("+
  "category_id IDENTITY PRIMARY KEY," +
  "name VARCHAR(20) DEFAULT '' "+
  ");" );
log.info("categories TABLE CREATED");
      
jdbcTemplate.update("INSERT INTO categories(name) values('todo'); ");
jdbcTemplate.update("INSERT INTO categories(name) values('wip');  ");
jdbcTemplate.update("INSERT INTO categories(name) values('done'); ");
log.info("categories TABLE POPULATED");

jdbcTemplate.execute("DROP TABLE tasks IF EXISTS");
jdbcTemplate.execute(
  "CREATE TABLE tasks (" +
  "   task_id       IDENTITY PRIMARY KEY," +
  "   category      INTEGER NOT NULL," +
  "   content       VARCHAR(500) NOT NULL," +
  "   creation_date DATE DEFAULT TODAY(), " +
  "   end_date      DATE DEFAULT NULL, " +
  "   FOREIGN KEY(category) REFERENCES categories(category_id)"+
  ");");
log.info("tasks TABLE CREATED");
      
jdbcTemplate.update("INSERT INTO tasks (category, content) values(3, 'finir le tp 1'); ");
jdbcTemplate.update("INSERT INTO tasks (category, content) values(2, 'finir le tp 2'); ");
jdbcTemplate.update("INSERT INTO tasks (category, content) values(1, 'finir le tp 3'); ");
jdbcTemplate.update("INSERT INTO tasks (category, content) values(1, 'finir le tp 3'); ");
log.info("tasks TABLE POPULATED");

Utilisation de la base avec JDBC

On peut vérifer que les tables sont correctement créées avec le même genre de code : le programme peut réagir à une commande test par exemple. Le premier code permet de lire la table categories avec une lamda et stocke les informations dans une liste :


List<String> categories;
String sql = "select * from categories";
categories = jdbcTemplate.query(sql,
                (rs, rowNum) ->
                        { return new String (rs.getString("name") );
                        }
              );
log.info(categories.toString());

Le deuxième code permet de lire la table tasks


sql = "SELECT * FROM tasks";
List<Map<String, Object>> rows = jdbcTemplate.queryForList(sql);

for (Map row : rows) {
  log.info(row.get("content").toString());
  log.info(categories.get((Integer)row.get("category")-1));
}

Console h2

Tant que votre serveur est en train de tourner, une console h2 est disponible à l'url http://localhost:8080/h2-console/

Connectez-vous sans login ni mot de passe en utilisant la chaine de connexion du fichier application.properties

Affichage web

A l'instar du TP précédent, vous pouvez créer une vue pour afficher les tâches à faire. Il suffit d'ajouter la liste des choses à faire au modèle quand on écrit le contrôleur. Si on passe directement la liste, cela va donner :


<h1>Choses à faire</h1>

<p th:if="${rows.isEmpty()}">Aucune tâche à afficher</p>

<table th:unless="${rows.isEmpty()}">
<tr th:each="row: ${rows}">
    <td th:text="${row.get('note_id')}"></td>
    <td th:text="${row.get('content')}"></td>
</tr>
</table>

On utilise la méthode get() car row est une Map

On va pas aller plus loin sur l'utilisation de JDBC.

Manipulation avec JPA (Hibernate)

Ce que l'on a fait est un peu trop "SGBD" à mon goût. Il est possible de gérer des objets, appelés entités, plutôt que des tuples de table. Pour ce faire, il faut créer des classes et expliciter, si nécessaire, la correspondance (mapping) entre l'attribut de l'objet et la colonne de la table. La configuration par convention est appliquée sauf si elle est modifiée par annotation.

Voici le code de la classe Category :


package app.entities;

import javax.persistence.Entity;
import javax.persistence.Table;
import javax.persistence.Column;
import javax.persistence.GeneratedValue;
import javax.persistence.GenerationType;
import javax.persistence.Id;

@Entity
@Table(name="categories") 
public class Category {

    @Id
    @GeneratedValue(strategy=GenerationType.IDENTITY)
    @Column(name="category_id")
    private Long id;
    private String name;

    protected Category() {}

    public Category(String name) {
        this.name = name;
    }

    @Override
    public String toString() {
        return String.format(
                "Category[id=%d, name='%s']", id, name);
    }

  // il va falloir mettre les getters/setters
  // c'est hyper important pour le binding
  // voir la note plus bas
}   

Et celui de la classe Task :


package app.entities;

import javax.persistence.Entity;
import javax.persistence.Table;
import javax.persistence.Column;
import javax.persistence.GeneratedValue;
import javax.persistence.GenerationType;
import javax.persistence.Id;
import javax.persistence.OneToOne;
import javax.persistence.ManyToOne;
import javax.persistence.JoinColumn;
import org.hibernate.annotations.CreationTimestamp;

import java.util.Date;

@Entity
@Table(name="tasks") 
public class Task {

    @Id
    @GeneratedValue(strategy=GenerationType.IDENTITY)
    @Column(name="task_id")
    private Long   id;
    
    @ManyToOne
    @JoinColumn(name = "category")
    private Category category;
    private String content;
    @Column(name="creation_date")
    @CreationTimestamp
    private Date   creationDate;
    @Column(name="end_date")
    private Date   endDate;

    protected Task() {}

    public Task(Category category, String content ) {
        this.category = category;
        this.content  = content;
        //this.creationDate     = new Date();
    }

    @Override
    public String toString() {
        return String.format(
                "Task[id=%d, content='%s', category='%s']", id, content, category);
    }

  // il faut mettre les getters et les setters
  // voir la note plus bas
}   

Les clés primaires avec la génération automatique sont spécifiées @Id et @GeneratedValue, les clés étrangères également (@JoinColumn et @ManyToOne. Si les noms de table ou de colonne sont différents de la configuration par convention, un paramètre name vient corriger cela (@Table et @Column.

Les getters et les setters n'ont pas été écrits. Vous pouvez :

Si vous oubliez un setter par exemple, le binding ne vous permettra pas de mettre à jour l'objet mais vous n'aurez aucune erreur.

Ces classes vont permettre de créer des entités gérées par un repository à écrire pour chaque entité. Le repository est le DAO de SpringBoot. Vous pouvez utiliser CrudRepository ou son interface fille JpaRepository


package app.repositories;

import java.util.List;
import org.springframework.data.repository.CrudRepository;
import app.entities.Category;


public interface CategoryRepository 
       extends CrudRepository<Category, Long> {
}

Grâce à Spring, il n'est pas nécessaire d'écrire plus. Les méthodes vont être implémentées automatiquement. Vous devez tout de même écrire l'interface TaskRepository

Dans l'application, pour pouvoir utiliser un tel repository, il faudra encore laisser la magie de Spring faire :


// import org.springframework.beans.factory.annotation.Autowired;
@Autowired
TaskRepository taskRepository;  

Ce repository permet de faire toutes les requêtes nécessaires et les créations voulues. Vous pouvez par exemple ajouter de nouveaux tuples en base avec le code suivant :


Task task = new Task(categoryRepository.findById(1L).get() , 
                           "essai en cours");
TaskRepository.save(task);

On va exploiter les requêtes dans la section suivante.

Interface utilisateur

Voici les pages et les actions que l'on aimerait réaliser :

/GETLister toutes les tâches :
/tasksGETLister toutes les tâches
/tasks/newGETAfficher une page pour créer une tâche
/tasksPOSTCréer une nouvelle tâche

Et si on voulait une manipulation complète :

/tasks/:idGETAfficher la tâche donnée
/tasks/:id/editGETAfficher un formulaire pour modifier la tâche
/tasks/:idPATCH/PUTModifie la tâche
/tasks/:idDELETEEfface la tâche donnée

Affichage des tâches

Nous allons écrire une page web - un template - pour afficher les tâches. La navigation implique d'écrire un contrôleur :


package app.controllers;

import org.springframework.beans.factory.annotation.Autowired;
import org.springframework.stereotype.Controller;
import org.springframework.web.bind.annotation.GetMapping;
import org.springframework.web.bind.annotation.PostMapping;
import org.springframework.web.bind.annotation.RequestMapping;
import org.springframework.web.bind.annotation.RequestParam;
import org.springframework.web.bind.annotation.ResponseBody;
import org.springframework.ui.Model;

import app.entities.Task;
import app.repositories.TaskRepository;

@Controller    
public class IndexController {
  
  @Autowired 
  private TaskRepository taskRepository;

  @GetMapping(path={"/", "/tasks"})
  public String  getAllTasks(Model model) {
    model.addAttribute("tasks", taskRepository.findAll());
    return "tasks"; 
  }
}

Voici maintenant le template nécessaire pour afficher toutes ces tâches :


<!DOCTYPE html>
<html>
<head>
  <title>Liste des tâches</title>
</head>
<body>

<h1>Tâches à faire</h1>

<div th:each="t : ${tasks}" th:if="${tasks.isEmpty()}" >
  <div th:text="${t.category.name}"></div>
  <div th:text="${t.content}"></div>
  <div th:text="${t.creationDate}"></div>
  <div th:text="${t.endDate}"></div>
</div>

</body>
</html>

La liste des tâches est passée en paramètre au modèle de la page et l'attribut th:each permet d'itérer chacun des objets.

tasks est une List de Task. Écrire t.content en Thymeleaf n'est pas un accès à l'attribut mais il y a bien un appel aux méthodes getContent() et setContent() de l'objet.

Ajouter une tâche

Je vous propose d'ajouter une méthode au contrôleur pour ajouter une nouvelle tâche. Les données seront tirées d'un formulaire (une page à concevoir). Si vous respectez les règles usuelles de nommage, la création se fera avec la même URL que la consultation des tâches mais avec le verbe POST


@PostMapping(path="/tasks")
public String  nouveau() {
    return "redirect:/tasks"; 
}

Pour afficher une tâche particulière, il faut modifier l'URL d'accès :


localhost:8080/tasks/3

Cela peut se faire simplement avec une méthode du contrôleur :


@XXXMapping(value = "/tasks/{id}")
public String YYY(@PathVariable("id") int id, Model model) {
   return ...
}

XXX est bien entendu relatif au verbe HTTP : GET pour voir, PUT/PATCH pour modifier et DELETE pour effacer ...

C'est un peu fastidieux mais faisable bien entendu !!!

Une pincée poignée de présentation

En plus de l'exemple, en début de TP, j'aime bien les présentations suivantes :

En fonction de ce que vous savez ou vous voulez apprendre : on peut faire cela avec un framework CSS ou pas, un framework JS ou pas.

La suite de l'exercice va se faire suivant l'exemple donné plus haut : les tâches sont réparties sur trois tableaux

Si vous ne savez pas où vous en êtes, voici une piste de démarrage..

Nous avons besoin de lister les tâches par categorie. Cette méthode n'est pas disponible dans taskRepository, il faut l'ajouter puis il faut modifier la page d'affichage pour afficher les listes.

Pour mettre du style dans la page, deux possibilités :

Voilà ce qu'il faut faire :

On part du principe qu'il n'y a que 3 colonnes alors que les categories sont lues dans une base. On pourrait s'amuser à générer le css grâce à thymeleaf.

Afficher les colonnes

On peut utiliser le mode grille ou flex ... ou inline-block ou flottant ...


#main {
  display: grid;
  grid-template-columns: repeat(3, 1fr);
  grid-column-gap: 10px;
  grid-auto-rows: minmax(100px, auto);
  height: 100vh;
}

.zone {
  position: relative;
  overflow-y: auto;
  padding : 4px 4px 4px 4px;
  background: rgb(52,52,59);
  background: linear-gradient(51deg, rgba(52,52,59,1) 0%, rgba(87,87,97,1) 35%, rgba(150,159,161,1) 100%);      
}

Afficher les tâches


.task {
  display:inline-block;
  width:100px;
  height:100px;
  margin:2px;
  padding:2px;
  font-size:12px; /* 12 pixels pour 300px  */
  background: rgb(252,252,40);
  background: linear-gradient(51deg, rgba(252,252,40,1) 0%, rgba(194,194,3,1) 17%, rgba(255,255,42,1) 100%);
  overflow:hidden;
}

Et le déplacement dans tout ça ?

Pour faire cela, il va falloir écrire du javascript côté client

Je vous propose d'écrire le code pour changer la catégorie d'une tâche. Par exemple, avec l'URL : /tasks/1/done. Le verbe à utiliser est PATCH (on ne change qu'une partie de la ressource. Si ce verbe n'est pas supporté par le conteneur de servlets, vous utiliserez PUT)

Le code javascript suivant permet de changer la catégorie de la tâche 1 au clic de la souris (à mettre dans une balise <script>à la toute fin de la page). C'est de l'AJAX avec la méthode FETCH :


var myHeaders = new Headers();

var myInit = { method: 'PATCH',
               headers: myHeaders,
               mode: 'cors',
               cache: 'default' };

window.addEventListener("click", function(event) {
   console.log("click");
   fetch('/tasks/1/done',myInit)
   .then(function(response) {
      console.log("PUT done");
      window.location.reload();
   });
});

On pourrait utiliser les attributs de données personnalisées sur une balise pour connaître l'identifiant de la tâche ou analyser l'identifiant du composant web. En thymeleaf, cela donne quelque chose comme : th:data-id et cela s'utilise avec element.dataset.id en javascript.


document.querySelectorAll('.task').forEach(item => {
  item.addEventListener('click', event => {
    // event.target est la tâche cliquée
  }
});    

Pour la dernière étape, le drag & drop, je vous conseille l'excellent lien suivant ;-) Attention, ce qui est déplacé est beaucoup plus fragile que des posts-its.